• Accueil
  • Programme – Journée Bien Vieillir 2014 – Matinée

8h30. Accueil des scientifiques, industriels, et partenaires sociaux


9h. Introduction

    • Olivier Koenig
      Responsable Scientifique de la Communauté Académique de Recherche « Qualité de Vie et Vieillissement » (ARC 2)
    • Frédéric Gaffiot
      Directeur de la Direction enseignement supérieur, recherche, innovation, et formations sanitaires et sociales de la Région Rhône-Alpes
    • Jean-Luc Mayaud
      Président de l’Université Lumière Lyon 2

9h15 – 10h15. Sessions parallèles

    • Vieillissement des tissus et ingénierie tissulaire
    • Vieillissement perceptif et cognitif

9h15 – 10h15. Vieillissement des tissus et ingénierie tissulaire (Grand Amphi)


Chairman
Dr Sigaudo-RousselDominique SIGAUDO-ROUSSEL
Directeur de recherche
Institut de Biologie et Chimie des Protéines, Lyon
Equipe Fonctionnalité et dynamique du tissu cutané


Keynote
Pr T MitsiadisThimios MITSIADIS
Professeur
Orofacial Development & Regeneration Unit, Faculté de Medicine, Université de Zurich
 

Cellules souches, ingénierie tissulaire et nanotechnology pour la regeneration des organes entiers: il n’y a pas que les poules qui peuvent avoir des dents!
Les nouvelles thérapies cellulaires régénératives pour la reconstruction/réparation des tissus et des organes manquants ou pathologiques, requièrent une approche interdisciplinaire qui implique biologistes, ingénieurs et cliniciens. La réparation ou reconstruction d’organes reste toutefois un problème clinique majeur car les tissus humains ont une capacité limitée de guérison spontanée. A ce jour, il n’y a pas de traitement cellulaire établi, et sûr, pour réparer les organes et les tissus les plus souvent endommagés comme l’os ou la peau. Une grande variété de cellules souches a été identifiée dans la plupart des organes du corps humain adulte. Ces cellules souches adultes sont capables de se différencier en de nombreux types de cellules. L’association entre cellules souches et vaisseaux sanguins et leur relation avec les voies de signalisation moléculaire fait de ces cellules des candidats intéressants pour participer à la régénération de tissus spécifiques (e.g., dents, cornée, cerveau, glande mammaire). La formation de nouveaux tissus grâce à l’utilisation de thérapies régénératives serait une avancée importante pour le traitement des patients. Ces tissus sont complexes puisqu’ils sont composés de multiples types cellulaires et moléculaires. Leur régénération demande l’orchestration d’une variété de signaux physiques et biomoléculaires et nécessite un contrôle spatio-temporel précis. L’importance de ces signaux a été reconnue, et le but des travaux dans le domaine des biomatériaux est de façonner ces signaux pour qu’ils élicitent les réponses biologiques adéquates.


Intervenant
Pr J OhayonJacques OHAYON
Professeur
 Ecole Polytech Annecy-Chambéry – Laboratoire TIMC-IMAG, Université de Savoie
 
Mieux imager la plaque d’athérome coronarienne pour un meilleur diagnostic en cardiologie interventionnelle
Les maladies cardiovasculaires, au premier rang desquelles les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux, constituent la première cause de mortalité et de morbidité dans le monde. Les recherches sur l’identification et la compréhension des processus biologiques rendant la plaque plus vulnérable à la rupture représentent de nos jours un enjeu majeur. Toutefois, sachant que les facteurs mécaniques et environnementaux influencent considérablement ces processus biologiques, et considérant le fait que la rupture de la plaque d’athérome est en grande partie due à des instabilités mécaniques, l’analyse spatiotemporelle de l’évolution des contraintes mécaniques durant l’athérogénèse semble essentielle aussi bien pour comprendre le développement de ces lésions que pour diagnostiquer leur rupture. On présentera nos nouvelles techniques d’imagerie non invasive et invasive s’appuyant sur la mécanique tissulaire et utilisées pour identifier, suivre et prédire in-vivo la rupture de la plaque d’athérome vulnérable.


Intervenant
Pr J LamartineJérôme LAMARTINE
Professeur
Centre de Génétique et de Physiologie Moléculaire et Cellulaire, Université Claude Bernard Lyon I

Marqueurs épigénétiques du vieillissement cutané
Le terme épigénétique s’applique à un caractère héritable au cours des divisions cellulaires mais qui n’implique aucun changement de la séquence d’ADN. De façon plus spécifique, l’épigénétique décrit l’ensemble des mécanismes moléculaires modulant l’expression génique sans modification de la séquence nucléotidique. Les mécanismes épigénétiques représentent un niveau de régulation essentiel à la fonctionnalité du tissu cutané, notamment par leurs effets directs sur les structures chromatiniennes. Leur perturbation est observée dans de nombreuses pathologies de la peau et pourrait représenter un marqueur majeur du stress et du vieillissement cutané.
Il est maintenant possible de dresser des cartes épigénétiques globales de tissus ou de populations cellulaires, notamment dans la peau. A l’aide de ces cartes, on peut constituer une signature moléculaire du tissu lésé ou âgé et ainsi mettre au point de nouveaux outils pronostiques de son évolution. D’autre part, l’analyse globale des modifications épigénétiques induites par le vieillissement permet de mieux comprendre quels en sont les mécanismes intimes et comment on peut envisager de pouvoir les moduler.


Intervenant
Dr B FromyBérengère FROMY
Directeur de recherche
Laboratoire de Biologie Tissulaire et Ingénierie Thérapeutique (LBTI), IBCP, Lyon

Vieillissement et microcirculation cutanée : vulnérabilité face aux escarres

La peau constitue une barrière de protection mécanique de l’organisme et peut supporter sans conséquence des pressions élevées mais seulement pour une courte durée. Des processus biologiques permettent en effet à une peau saine de résister aux contraintes mécaniques, en particulier grâce des ajustements de la microcirculation face aux pressions. Des études cliniques et expérimentales ont montré la capacité de vasodilatation des micro-vaisseaux de la peau saine pour augmenter le flux sanguin cutané lorsqu’une pression faible lui est appliquée. Cette vasodilatation induite par la pression (PIV pour « Pressure Induced-Vasodilation ») traduit un ajustement physiologique de la vasomotricité cutanée à son environnement mécanique. Au cours du vieillissement, la peau devient plus vulnérable aux pressions. Des études ont permis de montrer que la dysfonction endothéliale liée au vieillissement contribue à la diminution des capacités de défense de la peau face aux faibles pressions (altération de la PIV). Ajoutée à une dysfonction endothéliale, une neuropathie sensorielle périphérique provoque la perte totale de la PIV. Privée de ses propriétés de défense face aux pressions, la peau est en danger dès l’application de très faibles pressions, prédisposant le sujet âgé aux escarres.

 


SESSION PARALLELE

9h15 – 10h15. Vieillissement perceptif et cognitif (Amphi Fugier)


Chairman
Georgen MichaelGeorge Michael
Professeur
Laboratoire d’Etude des Mécanismes Cognitifs (EMC), Université Lumière Lyon 2


Keynote
Dr F ColletteFabienne COLETTE
Directeur de recherche
Unité de Neuropsychologie, Département de Psychologie, Cognition et comportement, Université de Liège

Les modifications cognitives associées au vieillissement non-pathologique
Le vieillissement non pathologique (c’est-à-dire en l’absence de toute pathologie neurodégénérative touchant le fonctionnement cérébral) est associé à une série de modifications au niveau du fonctionnement mental (les processus cognitifs), elles-mêmes sous-tendues par des changements au niveau de la structure et du fonctionnement du cerveau. Ces modifications cognitives ne touchent toutefois pas l’ensemble des processus, certains étant plus sensibles que d’autres à l’effet du vieillissement. Le fonctionnement mnésique et les processus de supervision de haut-niveau (processus exécutifs) apparaissent les plus précocement et fortement touchés, et sont associés à des modifications cérébrales bien spécifiques. La survenue de ces difficultés cognitives n’apparait toutefois pas inéluctable : les caractéristiques de vie passées et présentes (niveau d’éducation, emplois occupés, activités sportives et de loisir, …) sont à même de prévenir ces difficultés, ou d’en atténuer l’expression. De façon générale, avoir eu et conserver un mode de vie sain et actif apparait la meilleure garantie d’un vieillissement cognitif optimal.


Intervenant
Dr S Portrat
Sophie PORTRAT
Maître de conférence
Laboratoire de Psychologie et Neurocognition, Université Grenoble 2

Données comportementales et simulations informatiques pour comprendre le vieillissement de la mémoire de travail
Il s’agira de présenter les principaux résultats issus du projet de recherche financé par l’ARC2. Des données comportementales et les résultats de simulations informatiques seront présentés avec l’objectif de comprendre les facteurs cognitifs qui sont à l’origine de l’altération des performances de mémorisation à court terme liée à l’avancée en âge et caractéristique de la maladie d’Alzheimer. Nous verrons notamment que les personnes âgées semblent plus sensibles aux interférences que les sujets jeunes et que le maintien actif des informations semble impossible pour les patients.


Intervenant
Dr Hanna ChainayHanna Chainay
Maitre de Conférence
Laboratoire d’Etude des Mécanismes Cognitifs (EMC), Université Lumière Lyon 2

Le vieillissement de la mémoire émotionnelle : le cerveau positif
Intuitivement, nous sommes tous d’accord avec l’affirmation que nous nous souvenons mieux des événements émotionnels que de ceux qui sont émotionnellement neutres. De nombreuses études attestent de l’effet des émotions sur la mémoire. Il proviendrait de la communication étroite entre les différentes structures cérébrales qui permettent d’encoder, stocker et récupérer une information et celles qui traitent des émotions. Il semble que le vieillissement normal du cerveau modifie l’effet des émotions sur la mémoire. Contrairement aux personnes jeunes, les personnes âgées présenteraient un effet de positivité, à savoir, ils se souviendraient mieux des informations positives que négatives. Selon les théories de la sélectivité socio-émotionnelle ceci est dû au fait qu’au cours du vieillissement normal la régulation émotionnelle gagne en importance. Les sujets âgés perçoivent les limites temporelles comme plus contraignantes, ce qui donne naissance à des objectifs qui doivent être réalisés dans un futur proche et qui visent plutôt à l’augmentation du bien-être. Mais que ce passe-t-il lors du vieillissement pathologique lié à la maladie d’Alzheimer ? Est-ce que l’effet de positivité résiste à la maladie? Si oui, quel impact cela pourrait-il avoir sur la prise en charge cognitive de ces patients ?


Intervenant
Dr M BensafiMoustafa Bensafi
Directeur de Recherche
Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, Equipe Neuropop

Perception olfactive et vieillissement
Le vieillissement sensoriel et sa prise en charge représentent aujourd’hui un enjeu majeur partout dans le monde. Ses causes sont souvent multiples, et il peut être une source de handicap chez la personne âgée. Une meilleure connaissance des altérations sensorielles spécifiques liées à l’âge permet d’en améliorer la prise en charge et d’optimiser la qualité de vie des personnes âgées. Le vieillissement sensoriel concerne toutes les modalités : avec l’âge, la vue, l’audition, le toucher, le goût et l’odorat s’altèrent. Néanmoins, alors que les efforts des scientifiques se sont concentrés sur les déficits visuels et auditifs chez la personne âgée, les déficiences chimio-sensorielles sont encore très peu comprises. Quelle est la prévalence des troubles olfactifs en France ? Quels effets ont les déficits olfactifs sur l’alimentation et le bien être ? Quels outils de remédiation pour contrer ces déficits olfactifs ? Cette conférence proposera des éléments de réponse à ces questions en présentant en particulier le projet de recherche PREVALOL-DEFISENS, financé par la mission interdisciplinarité du CNRS.


10h15. Pause café


10h45 – 11h45. Sessions parallèles

    • Les soins à domicile (Grand Amphi)
    • Conduite automobile et vieillissement (Amphi Fugier)

10h45 – 11h45. Les soins à domicile (Grand Amphi)


Chairman
Pr A GuinetAlain GUINET
Professeur
Laboratoire Décision et Information pour les Systèmes de Production, INSA de Lyon


Keynote
Dr E. DUBOSTEric DUBOST
Directeur du Centre Hospitalier Soins et Santé
Vice-président de la Fédération Nationale des Etablissements d’Hospitalisation à Domicile (FNEHAD)

Domicile : lieu de soins, une offre diversifiée et transversale – Présentation d’un « guichet unique »
Soins et Santé propose et organise, à travers un guichet unique, une offre de soins graduée allant d’une aide spécifique pour accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne aux soins techniques hospitaliers les plus complexes. Ces soins de proximité sont assurés en partenariat avec les acteurs de la ville et de l’hôpital.


Intervenant
Dr E SahinEvren SAHIN
Maitre de Conférence
Ecole Centrale Paris

Problèmes de planification de ressources en Hospitalisation à Domicile
Nous aborderons la problématique générale de la gestion des activités de soins en Hospitalisation À Domicile (HAD). Nous commencerons par un panorama sur le système de santé et les structures d’HAD en France, afin de mettre au clair les facteurs essentiels de leur fonctionnement. Nous élaborerons ensuite une classification des problématiques de gestion et de planification des activités de soins ainsi que des ressources humaines en HAD. Pour finir, nous proposerons un ensemble d’approches et d’outils potentiels pour leur résolution.


Intervenant
Pr E MarconEric MARCON
Professeur
IUT Roanne – Dpt Génie Industriel et Maintenance, Université Jean Monnet Saint-Etienne 

Internalisation et externalisation de la fonction médicale en HAD
L’hospitalisation domicile initialement pensée autour d’intervenants librement choisis par le patient (son médecin traitant, son médecin hospitalier, son officine pharmaceutique de proximité et son infirmier référent), a de plus en plus de mal à justifier sa pertinence humaine et économique. Deux raisons ce constat : (1) L’HAD est un établissement hospitalier, à ce titre, elle est soumise aux exigences réglementaires des centres hospitaliers en termes de qualité , de continuité des soins, de sécurisation du parcours patient. Ces objectifs ne peuvent être raisonnablement atteints que si l’HAD maitrise et pilote son fonctionnement. (2) L HAD doit maîtriser ses coûts et la qualité de ses services. Pour cela, elle doit d’une part optimiser la prescription et la délivrance de ses actes et d’autre part optimiser ses flux logistiques. Dans cette intervention nous présentons le rôle des différents médecins qui interviennent en HAD dans l’organisation actuelle, plus particulièrement la place du médecin traitant et du médecin coordonnateur. Nous analysons, l’incidence de leurs rôles sur la prise de décision, le fonctionnement opérationnel et l’efficience de la prise en charge. De ces constats, nous proposons la définition de nouveaux rôles plus en adéquation avec les attentes des patients et des tutelles.


Intervenants
Dr M DiMascoloMaria DI MASCOLO
Chercheur
Laboratoire G-SCOP, Institut polytechnique de Grenoble

Dr M LEspinouseMarie-Laure ESPINOUSE
Enseignant chercheur
Laboratoire G-SCOP, Institut polytechnique de Grenoble

Planification et ordonnancement des soins dans le cadre de l’hospitalisation à domicile : une approche centrée sur la satisfaction des patients
Sur le plan organisationnel, un des enjeux majeurs de l’hospitalisation à domicile (HAD)  est de décider de l’affectation des soins aux soignants, et de leur planification dans le temps, en respectant un ensemble de contraintes fortes, et en cherchant à optimiser un certain nombre de critères pour, non seulement minimiser les coûts, mais également et surtout garantir une bonne qualité de service. Un volet de  la qualité de service est mesuré par le niveau de satisfaction du patient. Cette qualité de service inclut de façon indéniable la qualité des soins mais également la prise en compte de souhaits ayant trait à des aspects logistiques tels que des fenêtres de disponibilité, des choix de genre des soignants…. Ces souhaits sont en général difficiles à satisfaire, et souvent impossibles à prendre en compte dans un planning établi “à la main”. Nous proposons des outils mathématiques pour résoudre ce problème de planification et d’ordonnancement des soins réguliers dans le cadre de l’hospitalisation à domicile. Une attention particulière est portée aux contraintes de précédence et de synchronisation entre les visites, et notre objectif est de satisfaire au mieux les patients sur les critères de continuité des soins, préférence d’instant de soins et de genre du soignant. Nous décrivons rapidement les solutions que nous proposons et montrons quelques résultats numériques.

 


SESSION PARALLELE

10h45 – 11h45. Conduite automobile et vieillissement (Amphi Fugier)


Chairman
Dr J Navarro
Jordan Navarro
Maitre de Conférence
Laboratoire d’Etude des Mécanismes Cognitifs (EMC), Université Lumière Lyon 2


Intervenant
Colette Fabrigoule
Directrice de Recherche Emérite
Groupe d’Etude Neuro-Psychopharmacologique du sommeil, de la somnolence et de l’attention, Université de Bordeaux

Protocole cognitif pour aider les médecins à conseiller les conducteurs âgés
Un protocole de détection en médecine générale de troubles cognitifs pouvant altérer la conduite chez les personnes âgées a été proposé afin de faciliter la prise en charge des patients. L’acceptation du protocole, l’incidence sur l’activité du généraliste et le comportement du patient ont été étudiés.


Intervenant

Dr S Lafont Sylviane LAFONT
Chargée de Recherche
IFSTTAR (Institut Français des Sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) – Epidémiologie et Surveillance Transport Travail Environnement (UMRESTTE)

Bilan épidémiologique de l’insécurité routière des personnes âgées
Quand les conducteurs âgés sont impliqués dans un accident corporel, ils meurent plus que les conducteurs plus jeunes. Cette surmortalité n’est pas expliquée par une plus forte implication dans un accident corporel puisque leur taux d’implication est de 3.5 % et qu’ils représentent près de 9% de la population française. Leur plus grande fragilité est la principale explication, ils sont aussi plus gravement blessés, en particulier au thorax et à l’abdomen. Enfin, ils sont moins dangereux pour les autres usagers que les conducteurs plus jeunes.


Intervenant
Dr L Paire-FicoutLaurence PAIRE-FICOUT
Chargée de Recherche
IFSTTAR (Institut Français des Sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) – Laboratoire Ergonomie et Sciences Cognitives pour les Transports (LESCOT 

Maladie de Parkinson et conduite automobile : état de la recherche
Il n’existe pas de réel consensus sur le risque d’accident des conducteurs présentant une maladie de Parkinson. La plupart des études montrent que les premiers stades de la maladie sont sans effet sur la conduite, même sous traitement. Les difficultés surviendraient toutefois dans les stades plus avancés de la maladie. On commence à disposer d’une analyse un peu plus fine sur la performance de conduite et sur les comportements d’adaptation de ces patients. La présentation propose de faire un état des lieux sur ces questions.


Intervenant
Dr C GabaudeCatherine GABAUDE
Chargée de Recherche
IFSTTAR (Institut Français des Sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) – Laboratoire Ergonomie et Sciences Cognitives pour les Transports (LESCOT)

Les déterminants de l’adoption de stratégies adaptatives par les conducteurs âgés 
Au travers de résultats d’enquêtes et d’observations, les facteurs favorisant l’adoption de stratégies adaptatives par les conducteurs âgés seront présentés. A partir de données de terrain, certains modes opératoires seront décrits. Le rôle déterminant des habiletés métacognitives sera évoqué.

 


11h45 – 12h45. Conditions Partenariales Recherche / Industrie (Grand Amphi)


Chairman
ComtetBernard Comtet
Directeur – Manager
Cluster I-Care, le Cluster des Technologies de la Santé Rhône-Alpes


Intervenant
Dr V. PanelValentine PANEL
Chargée d’affaires biotechnologie-santé
Docteur en Sciences de la Vie
Floralis, Université Joseph Fournier – Filiale

Partenariats académiques / industriels : les pré-requis pour une bonne collaboration
Floralis accompagne les chercheurs des laboratoires de l’Université Joseph Fourier à Grenoble dans leurs relations avec les industriels afin de faciliter les contacts, les échanges et la mise en œuvre de projets « gagnant-gagnants ». Pour cela Floralis s’appuie sur  un ensemble d’outils et de procédures de travail adaptés à chaque étape du processus de valorisation et de transfert de technologie,  en tenant compte des exigences du monde industriel mais sans oublier les intérêts du milieu académique.


Intervenant
Dr F Tarpin BernardFrank TARPIN-BERNARD
Vice-Président et Directeur Général
Scientific Brain Training
Professeur, Université de Grenoble

Exemples de projet collaboratif pour un industriel : Avant-Pendant-Après
Depuis 15 ans, SBT, société pionnière dans la stimulation cognitive assistée par ordinateur, mène des programmes de R&D en propre ou en collaboration avec le monde hospitalo-universitaire. Ces collaborations s’effectuent à travers des collaborations directes (ex: thèse CIFRE) ou dans le cadre de programmes collaboratifs soutenus par des fonds publics (FUI, FEDER, Région, etc.). Nous illustrerons à travers des exemples concrets ce que peut attendre un industriel de ce type de collaboration et surtout la forme que peuvent prendre ces collaborations avant, pendant et après l’exécution du programme.


Intervenant
JCRobertJean-Christophe ROBERT
Directeur du Transfert
PULSALYS, Société d’Accélération du Transfert de Technologie de Lyon Saint Etienne

PULSALYS : Créer de la valeur et des emplois à partir des innovations du monde académique
Véritable tremplin pour le développement économique, PULSALYS apporte ressources et expertises pour faire émerger innovations et jeunes entreprises innovantes, en mobilisant les savoirs et savoir-faire développés dans les laboratoires académiques de Lyon et Saint-Etienne. Sa mission est de détecter les inventions dans les laboratoires  universitaires, de les protéger (par le brevet par exemple), d’investir dans la preuve de concept technique ou marché, afin de les transférer vers le monde socio-économique.  PULSALYS accompagne également les porteurs de start-up de façon personnalisée, en mettant l’accent sur la solidité du business model et sur la constitution de l’équipe dirigeante.


Intervenant
NicolajsenCharlotte RIX NICOLAJSEN
Chargée de mission
Bureau Europe, ARDI

Horizon 2020, introduction aux projets européens
La nouvelle programmation d’appels à projets de Recherche, Développement et Innovation de la Commission Européenne, Horizon 2020 a commencé à partir de début 2014. La structure des appels, les thématiques et les règles de participation ont été revus et beaucoup de changements ont été apportés par rapport à l’ancienne programmation 7e PCRD. L’intervention du Bureau Europe de l’ARDI Rhône-Alpes vous propose une courte présentation de Horizon 2020 avec un focus sur les thématiques autour de la santé et le vieillissement et la présentation de quelques appels à projets à venir.